Souvenirs d'égotisme

Souvenirs d'égotisme

Stendhal


Publiés à titre posthume, en 1892, les Souvenirs d'égotisme sont d'abord un passe-temps d'exilé : dépérissant dans son poste de consul de France à Civitavecchia, grosse bourgade sans charme ni société, Stendhal, en 1832, entreprend de fouiller dans sa mémoire et de retracer les événements qui ont marqué sa vie de juin 1821 (date de son retour à Paris, après un lengthy séjour en Italie) jusqu'à novembre 1830 (date de sa nomination à Trieste). L'oeuvre s'ouvre au second où Stendhal, qui a quitté Milan et du même coup l. a. belle et indifférente Métilde, touche le fond : chronique d'une convalescence, les Souvenirs d'égotisme donnent à voir un homme au bout du rouleau se laisser peu à peu reprendre par los angeles imprecise de l. a. vie. Festonnée de nombreuses digressions et d'anecdotes – sur son body ingrat et le fiasco de ses aventures d'un soir, notamment –, cette tentative d'introspection vise l. a. sincérité : l'écriture s'y déroule en roue libre, se déversant à chaud hors de toutes les normes de composition, sans relecture ni lissage artificiel. Galop d'essai pour sa grande oeuvre autobiographique, Vie de Henry Brulard, les Souvenirs d'égotisme demeurent inachevés: Stendhal interrompt ses notes à l'été 1822 parce que los angeles chaleur lui « ôte les idées »- ultime pirouette d'un auteur qui disait vouloir « une tablette de marbre de los angeles forme d'une carte à jouer ».
[i][/i]

Show sample text content

Download sample