Septembre absolu: Journal 2011

Septembre absolu: Journal 2011

Renaud Camus


Mercredi 21 septembre. J'ai beau me saouler de travail et ne sortir pratiquement pas de cette bibliothèque, je bois à grandes lampées l'élixir de septembre, qui d'ailleurs n'est nulle half si enivrant qu'entre ces pans de livres. Les Pyrénées complaisantes, pour los angeles première fois de los angeles saison, sont apparues dans le soleil au-dessus de los angeles canopée, comme en hiver.

Pourtant nous sommes encore en été, je crois bien. Le matin semblait le penser aussi, sans y tenir plus que cela. C'est cela, l'enchantement de septembre : il n'y tient pas. Creusé qu'il est du temps qui fut (weather aussi bien que time), il habite avec nonchalance le will pay des morts.

Je regrette de m’être laissé influencer une ou deux fois déjà, jadis et naguère, par mon entourage qui a poussé les hauts cris à l'idée d'un quantity de ce magazine qui se serait appelé Septembre absolu. C'est pourtant bien de cela qu'il s'agit. Toute l. a. journée s'est écoulée dans l. a. splendeur discrète de ce mois détaché des choses, tranquillement revenu de tout, et qui n'en fait pas une affaire. Entré sans manières par les fenêtres, il prenait ses aises entre les rayonnages, dans les fauteuils, sur les tapis, jusqu'entre les dalles de notre carrelage décrié.

Nous vivons sans doute les dernières heures de l'absolutisme. C'est aussi ce qui le rend irrésistible.

Show sample text content

Download sample